Suivi stagiaires en validation de concours

Concernant la mise en œuvre des formations des professeurs stagiaires sur le territoire breton, celles-ci sont déployées en concertation entre les DDEC, Fomiris, l’ISFEC et les CNFETP (professionnel et technologique).

Historiquement, les séquences de formation sont effectivement proposées en Bretagne aux enseignants du 1er degré dans le cadre de leur formation continue la plupart du temps sur des mercredis et jours de vacances scolaires en accord avec les DDEC et les chefs d’établissement. 

Il en va de même pour la formation des lauréats du concours interne (1er et 2nd degré) qui sont en face à face pédagogique la semaine et qui sont formés le mercredi et sur temps de congés scolaires.*

Les rythmes pour les lauréats du concours externe diffèrent en cela car ils sont sur des mi-temps de formation dans le premier degré (lundi et mardi) comme pour le second degré (jeudi, vendredi).

Jusqu’ici Formiris Bretagne n’a jamais été interpelée sur ces calendriers.

Le stagiaire de concours externe affecté hors de l’agglomération de l’ISFEC de formation, perçoit une IFF (indemnité forfaitaire de formation) pour les aider dans leurs déplacements. L’administration du rectorat reconnait que ce dispositif est imposé dans le privé alors que dans le public l’enseignant peut demander à être indemniser aux frais réels en refusant cette IFF. Ce dispositif créée une grande disparité entre les stagiaires avec IFF affectés sur le 35 avec les autres départements, à fortiori sur le Finistère

Cette différence de traitement est imposée par l’éducation nationale (et non l’enseignement privé) par une transcription tronquée du décret qui régit les lauréats du public par rapport à ceux du privé. Le Ministère verse un budget pour la formation initiale et consacre un autre pour l’IDV aux lauréats des concours externes du privé. L’administration délègue budgétairement la formation initiale des enseignants du privé et ne gère pas au-delà de l’IDV les frais liés aux déplacements. Que le stagiaire soit affecté dans le public comme dans le privé, l’IDV perd de toute manière toute sa valeur dès que l’enseignant doit faire plus de 20 km en coût réels.

Les regroupements en formation hors région Bretagne résultent, plus récemment, de la mutualisation FI/FC (externe/interne) qui peut conduire des enseignants de disciplines à faible effectif (technologiques, professionnelles, et autres) à se déplacer dans d’autres régions pour suivre des modules communs. Les frais engendrés par ces départs en formation, dès lors que les inscriptions sont régulières sur la plateforme SI3.0 (précédemment Formelie) et que les justificatifs sont déclarés, sont, comme pour toute formation, effectués selon les barèmes en vigueur.

Concernant l’ISFEC Bretagne, les stagiaires concernés savent nous faire remonter les situations individuelles en cas de difficulté.

Formiris Bretagne et le Service Assistance fédéral sont toujours à l’écoute et veillent à leur régularisation.

Organisation loi 1901 gérée par le paritarisme, Formiris a évolué tout au long de ses 15 années d’existence. Les administrateurs ne peuvent aucunement regretter d’avoir relevé les taux de remboursements des enseignants en formation continue (frais annexes à la formation).

Remboursant mieux que l’éducation nationale ne le fait pour indemniser ses fonctionnaires, ce sont au final des textes de 2006 qui posent soucis et qui défavorisent ainsi l’indemnisation des stagiaires des concours externes (public comme privé) par rapport aux lauréats des concours internes.

Alain ALATERRE – Président – Formiris Bretagne

* Lorsqu’un enseignant (public ou privé) sollicite l’administration pour se faire payer ses heures de travail (formation sur temps de congés) dans le cadre d’un arrêté, c’est très généralement un refus qu’ils reçoivent car l’administration ne prend en considération que certaines formations sollicitées par les inspecteurs eux-mêmes. Un dispositif qui ne coute au final que très peu à notre employeur.